Papa pique et maman coud

Couturière

Papa pique, maman coud
Une chanson de Charles Trenet

.

Je suis né dans un village près du ciel plein d’oiseaux.
Je suis l’enfant le plus sage de Padie-les-Eaux.
Mes parents sont culottiers, et la nuit, et le jour,
Ils font leur triste métier, le cœur plein d’amour

Refrain :
Papa pique et maman coud,
Papa pique et maman coud,
Papa pique, maman coud,
Papa pique et maman coud.

La nuit j’entends leur machine qui gémit au grenier,
Comme le vent chez la voisine pleure dans l’escalier.
Parfois au milieu d’un rêve, je m’réveille en sursaut.
Je vois le jour qui se lève, tandis que là-haut, papa pique et maman coud.

C’est l’printemps et c’est ma fête.
J’ai quinze ans, quel bonheur !
Et les fill’s à bicyclette emportent mon cœur.
J’en connais une très jolie qui s’appelle Louison,
Je la vois dans la prairie, car à la maison…

Un matin clair de décembre, tous les deux on s’mariait
Et le soir dans notre chambre, ma femme riait.
Nous allions bientôt connaître le bonheur cette nuit,
Quand soudain à la fenêtre
On entend un bruit…

Hélas, j’ai perdu ma mère, elle est morte doucement.
Peu de temps après mon père a suivi maman.
Et Louison s’en est allée avec un hors-la-loi.
Et dans la maison hantée, tout comme autrefois…

Y a papa qui pique
Et y a maman qui coud
Y a papa qui pique
Et y a maman qui coud.
.

.
chromo-oiseau-couronnc3a9-ana-rosa1
Dans le cadre du rendez-vous « Le jeudi poésie » d’Asphodèle

D’autres billets chez Asphodèle, Lili, Béné 31, Valentyne, Marie et Anne Soène, Nélinha, Jacou, LylouAnne, DanGazénia, DimDamDom

.

.

Publicités

10 réflexions au sujet de « Papa pique et maman coud »

    • Les paroles sont hélas mélancoliques alors que l’air est guilleret. C’est la première fois que je lis cette chanson et que j’en comprends le sens.
      Bonne journée poétique Asphodèle !

    • Bienvenue dans notre atelier Jacou ! Le début de la chanson est pétillant comme le chanteur pouvait l’être et il y a dans sa fin, toute la gravité que le clown cache derrière son nez rouge…
      A bientôt pour un autre jeudi !

    • Bonsoir Valentyne,
      « Beau et triste »… c’est vrai. Alors qu’on chantonne le refrain familier comme une comptine, dans un tempo presque mécanique, on s’aperçoit que l’histoire sur la fin est très mélancolique.
      A bientôt et merci d’être venue jusqu’à nous !

  1. Et me revoilà dans les années 50 😆
    Ma Grand-mère maternelle me la chantait cette chanson !
    A l’époque je n’écoutais pas les paroles, je chantais juste le refrain 😉
    Merci pour ce souvenir
    Bon we pascal et bises de Lyon

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s