Ma petite couturière

atelier couture

.
Ma petite couturière
Une chanson de Damien Saez

.
Ma petite couturière, elle est pas haute couture,
mais faut voir quand elle coud des ourlés à mon cœur.
Ma petite couturière, elle connaît les mesures,
de mon cœur éperdu, là, dans la fourmilière.

Des trous dans les tricots, et les bas qui s’effilent,
au fil du temps tu vois passer sur la machine.
Fini les travailleuses, bonjour les plasticiennes,
l’heure est aux dépensières, aux abeilles en guêpières.

Faut jeter les bobines, oui le film est fini,
du temps des gabardines, faut laisser ton boulot
pour d’autres ouvrières, pour d’autres solidaires,
dans d’autres fourmilières, à d’autres couturières.
Y a des œillets perdus, pendants aux boutonnières,
quand les points de couture, tournent au point de suture.

En ligne les brodeuses, c’est le temps des chômeuses,
c’est l’heure de rendre la blouse, de tremper les mouchoirs.
Habillez les jupons, sûr en fichu des pailles,
puisque tous les patrons, nous laissent sur la paille.

Ma petite couturière, elle est pas haute couture,
elle est prête à porter, le monde à bout de bras.
Ma petite couturière, elle connaît les mesures,
de mon cœur éperdu, là, dans la fourmilière.

Fini le temps des cerises, des écharpes pour deux,
dire que même à l’usine, il faudra dire adieu.
Merci bien mon bon maître, merci bien mon monsieur,
de m’en donner toujours de quoi pisser par les yeux.
Ils ne parlent pas pour nous, ils nous vendent l’âme et c’est tout,
ils sont bons qu’à promettre, et nous bons qu’à nous faire mettre.

Ouais l’aiguille s’est plantée, dans le cœur des copines,
jetez les dès à coudre, l’avenir s’est cassé.
Les lacets à nos cœurs, les chaînes à nos chevilles,
fini les fleurs en bouton, planquées dans les bustiers.

Ma petite couturière, elle est pas haute couture,
mais faut voir quand elle coud des ourlés à mon cœur.
Ma petite couturière, elle connaît les mesures,
de mon cœur éperdu, là, dans la fourmilière.
De mon cœur éperdu, là, dans la fourmilière.

Ma petite couturière
Ma petite couturière
Ma petite couturière
Ma petite couturière
Ma petite, ma petite,
Ma petite couturière !

Ouvriers, l’ombre est le cœur de nos vies qu’on a laissées saigner dans le fond des gouttières,
Toujours sur les avenues, les révolutionnaires tendent la main à des gens qui n’en pensent pas moins.
Toujours sur le métal hurlant des machines, à l’usine elle retourne au charbon
Elle retourne à la mine ma jolie figurine, elle rassemble et ressert les boulons.
Elle est pas haute couture, elle est prête à porter le monde à bout de bras.
Ma petite ouvrière, là, dans la fourmilière, elle retourne à la lutte.

Puisque tout tourne ici :
oui, oui, à la folie !
Puisque tout tourne ici :
oui, oui, à la folie,
oui, oui, oui, à la folie, à la folie,
oui, oui, oui, à la folie, à la folie…
Dans le suppôt bourgeois, si c’est plutôt Versailles,
qui fait la rébellion, rock’n’roll de grand-mère,
ouais, si c’est pas l’époque, où rêvent des camarades,
Ô solidaire ami, si c’est pas la tendance,
si l’époque est fashion, tous les soirs au charbon,
quand ça sent la misère, moi c’est vrai que j’préfère
toujours sur la machine, ma petite couturière,
elle ressert les boulons.
Dire qu’on en vient à r’gretter, le travail à la chaîne,
pour des pays plus chauds, pour des pays moins chers,
pour des pays plus beaux

Ouvrière s’est perdue, cherche reconversion,
le patron a fermé, tous les champs de coton !
Le patron a fermé, tous les champs de coton !
Le patron, le patron, le patron.
Ouais eh eh eh eh…

.chromo-oiseau-couronnc3a9-ana-rosa1Dans le cadre du rendez-vous « Le jeudi poésie » d’Asphodèle

D’autres poèmes chez Asphodèle, Nélinha, Valentyne, Marie et Anne, Natiora, Lili, Béné31, Jacou33, Soène, Dan Gazénia, Jean-Charles, Modrone, LylouAnne, Aymeline, Domi,

Atelier de couture chez la maison Drecoll
par Brindeau de Jarny
Source « ici »

.

.

.

Publicités

14 réflexions au sujet de « Ma petite couturière »

  1. J’aime beaucoup Damien Saez pour cette poésie qui transpire dans ses chansons, son engagement aussi et sa révolte permanente ! J’ai assisté à la fermeture d’une usine de couture ici il y a une dizaine d’années et les « cousettes » au chômage, obligées de se reconvertir dans le « poulet » ou le « surimi », c’était triste, c’était comme dans cette chanson…

    • Il semble qu’elle dépasse les temps. C’est actuel depuis les débuts de l’ère industrielle, et prend de l’ampleur dans notre société.
      Bonne journée Jacou !

  2. Syl et les Conteuses, un vrai plaisir 😆
    Un texte bien cousu, dans le ton du 1er mai !
    La Haute Couture emploie toujours ces « petites mains » qui font des merveilles.
    Moi aussi je vais aller écouter Damien Saez après avoir lu les paroles de sa chanson.
    Bon dimanche et bises de Lyon

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s